Les 25 ans de la SEM

Dans le cadre des festivités entourant son 25ème anniversaire, la SEM publiera sur son compte Facebook et sur son site web de courtes capsules mettant en lumière différents événements ou projets marquants qui ont façonné l’histoire de la SEM. Ces capsules seront publiées sur une base quotidienne. De plus, les citoyens du quartier Sainte-Marie sont invités à partager des souvenirs ou des anecdotes se rapportant aux activités de la SEM au cours de ses 25 ans d’existence.

J-1 Campagne de sensibilisation à la pollution canine avec le chien Pollux, 2010

C’est à l’été 2010 que le célèbre canidé Pollux est devenu le porte-étendard d’une campagne de sensibilisation à la pollution canine adressée aux résidents du district de Sainte-Marie. Pendant plus de trois ans, Pollux a arpenté le territoire de Sainte-Marie afin de rappeler le devoir et la responsabilité des propriétaires de chiens ce qui aura pour conséquence de marquer de manière pérenne la mémoire collective des résidents de Sainte-Marie tout en édifiant Pollux comme figure emblématique d’une lutte contre la pollution canine. Avec la venue de Pollux, le chien revendicateur a débuté un programme de sensibilisation qui s’est articulé autour de tournées de sensibilisation et des apparitions lors de divers événements de l’Éco-quartier Sainte-Marie. Le programme de lutte à la pollution canine et les différentes activités de sensibilisations et de maintien de la propreté ont survécu au départ de Pollux et font partie des objectifs liés au mandat de l’Éco-quartier Sainte-Marie.

J-2 La Place du Marché, 2018

La genèse du projet de la Place du Marché est née lors du Forum Social de la CDC Centre-Sud alors qu’une volonté d’avoir des lieux de rencontres pour les citoyens avait été clairement exprimée. Par la suite, c’est l’espace devant le Marché solidaire Frontenac qui a été ciblé comme endroit potentiel pour la création d’une zone de détente, de rencontres, d’échanges et d’activités citoyennes énoncée dans le cadre de la première rencontre du comité de la Place Marché avec le Carrefour Alimentaire Centre-Sud le 30 octobre 2017. Puis, lors du forum citoyen de 2017 organisé par la SEM, le projet de la Place du marché fut retenu comme projet prioritaire par les citoyens présents qui par leur mobilisation soulignent leur intérêt marqué pour sa mise en branle. C’est donc  en 2018 que la Place du Marché voit le jour, cet espace citoyen qui se veut un complément souhaité et harmonieux dans le processus de réaménagement de la rue Ontario. Il est en fait un élément important dans le processus de la revitalisation du quartier Sainte-Marie. C’est par du mobilier temporaire composé d’une dizaine de bancs, d’une ombrière et de jolis barils où le verdissement côtoie l’art que la première mouture de la Place du marché a contribué à l’occupation et à l’animation de cet espace. La SEM a soutenu la démarche de création du projet en soutenant le processus de recherche du financement et elle a facilité les échanges entre les différentes parties prenantes. De plus, la SEM a agi, et continue d’agir, comme facilitateur dans l’organisation et la mise en œuvre des activités d’éducation populaire organisées par les citoyens.

J-3 La première consultation citoyenne pour Notre Quartier Nourricier le 13 juillet 2016

Lors de la publication de sa stratégie alimentaire pour Ville-Marie en 2016, l’arrondissement de Ville-Marie avait énoncé clairement sa volonté de promouvoir le développement de projets de jardins issus de la communauté sur le domaine public et de favoriser plus particulièrement la participation des personnes isolées et vulnérables de l’arrondissement de Ville-Marie, tout en favorisant la promotion et l’acquisition de compétences alimentaires saines.

C’est donc motivé par une volonté d’offrir un accès à une alimentation saine et abordable aux citoyens de l’arrondissement de Ville-Marie que des débats ont été initiés dans le but de développer les bases de ce qui deviendra le projet Notre Quartier Nourricier (NQN). Ainsi, afin de connaître l’intérêt des résidents envers le développement d’un programme alimentaire de proximité, une première consultation citoyenne s’est tenu le 13 juillet 2016 dans la cour de la Coop Touski. Cette première mobilisation citoyenne a réuni près de 30 participants qui ont débattu et  travaillé ensemble pour définir ce que devrait être selon eux le projet NQN. Ultimement, les différentes consultations publiques et la participation actives des citoyens ont rendu possible la création d’un système alimentaire solidaire, local et durable dans lequel s’insère le projet NQN pour l’ensemble des résidentes et résidents du Centre-Sud. À la suite de l’implantation du projet NQN, la SEM a obtenu le mandat de mobilisation, de coordination des communications, tout en contribuant à l’animation et l’éducation en lien avec celui-ci.

J-4 Collecte de MD et de MIE à l’école Pierre-Dupuy pour le Jour de la Terre, 2015- 2020

Dans le cadre du Jour de la Terre, la SEM/ éco-quartier de Sainte-Marie s’investit depuis 2015 à tenir annuellement une grande collecte de matières dangereuses (MD) et de matériel informatique et électronique (MIE). Cette collecte est rendue possible grâce à la collaboration d’une vingtaine de CPE, d’écoles et d’organismes communautaires du Centre-Sud et d’ailleurs dans l’arrondissement, alors que des boîtes de dépôts y sont placées temporairement afin de permettre aux parents et enfants d’y déposer des matières qui pourront être recyclées. L’opération de ramassage culmine avec la tenue de l’évènement Une plante donnée pour un objet désuet sur le parvis de l’école Pierre Dupuy avec le rassemblement de différents articles collectés et de la remise d’une plante pour chaque objet désuet apporté par les résidents. Cette collecte permet d’assurer une saine gestion de nos matières résiduelles ainsi que de contribuer à protéger l’environnement et à préserver nos ressources.

J-5 Lancement d’un programme multiculturel de sensibilisation, 2007

En 2007, la SEM/ éco-quartier de Sainte-Marie a travaillé en étroite collaboration avec le Carrefour de ressources en interculturel (CRIC) afin de mettre en place un programme de sensibilisation adapté à la réalité des communautés immigrantes. À la suite de divers échanges et rencontres avec des citoyens qui se sont tenus dans le cadre de la semaine sur le civisme, le respect et la propreté en 2007, il a été possible de déceler une barrière communicationnelle avec certains groupes issus d’une diversité ethnoculturelle. Devant ce constat, l’objectif premier de ce programme de sensibilisation était d’offrir des outils communicationnels qui traitent du mode de fonctionnement de la récupération des matières résiduelles et de la propreté. Le programme avait par le fait même la volonté de favoriser l’inclusion et d’encourager la création d’un pont avec les citoyens issus de l’immigration pour en faire des acteurs engagés au sein du quartier. C’est donc, par l’intermédiaire de kiosques, d’ateliers et de dépliants traduits dans la langue maternelle du public cible qu’il a été possible de les sensibiliser directement.

J-6 Park(ing) Day, 2012

Cherchant à mettre à l’avant-scène le débat sur l’occupation du territoire et la valorisation de ce dernier, la SEM a participé à la première édition montréalaise du Park(ing) Day coordonnée par le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) le 21 septembre 2012. Cet événement a invité les citoyens à réfléchir sur le rôle de l’automobile dans le processus de monopolisation de l’espace public pour un usage privé. Ainsi, le Park(ing) Day encourage les citoyens à se réapproprier l’espace public à travers des actions innovatrices de représentations artistiques et culturelles variées. Lors de cette première édition du Park(ing) Day, la SEM dans le cadre des activités de l’éco-quartier de Sainte-Marie a transformé temporairement deux espaces de stationnement en espaces publics conviviaux en aménageant avec des plantes des espaces de repos pour les passants de la rue Ontario Est. De plus, un kiosque invitait les passants à fabriquer des colonnes végétales à partir de bouteilles en plastique récupérées leur permettant par le fait même d’échanger sur les enjeux d’occupation du territoire et environnementaux. Fort du succès obtenu, la SEM a participé aux éditions de 2014, 2016, 2017 et 2019  du Park(ing) Day en abordant à chaque édition des thèmes différents liés à la gestion de la mobilité ainsi que l’aménagement durable.

J-7 Balades des Faubourgs, 2013-2014

La SEM s’est efforcée, à travers les années, à faire croître le sentiment d’appartenance et à contribuer à développer un sentiment de fierté chez les résidents et travailleurs du quartier Sainte-Marie. C’est dans cette optique que plusieurs initiatives ont été mises en place dans le passé pour faire découvrir les Faubourgs par l’intermédiaire de différentes visites guidées qui se sont déployées sur son territoire. En 2013, la SEM avec différents partenaires a initié un premier projet d’animation de courts parcours thématiques de découvertes dans les quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques pour les faire connaître sous un autre jour. Ainsi, la première édition des « Balades des Faubourgs » a eu lieu dans le cadre de la Virée des ateliers de  la rue Parthenais et a porté sur la dimension culturelle et artistique du territoire en portant plus spécifiquement sur l’appropriation des bâtiments industriels et civiques par les arts et la culture. La seconde édition qui s’est tenue l’année suivante a pour sa part abordé les initiatives vertes en proposant des parcours à travers les ruelles vertes et aux autres lieux verdis participant à la nature urbaine des Faubourgs. De ce projet de parcours est né deux dépliants qui comprennent d’abord une description générale des Faubourgs, une carte du territoire qui montre les lieux d’intérêts liés aux thèmes proposés et des idées de trajets pour découvrir les principaux éléments clés du territoire (https://ecomusee.qc.ca/expositions/balades-des-faubourgs/).

J-8 Fondation de la Société écocitoyenne de Montréal en 1995

Lorsque Pierre Bourque accède à la mairie de Montréal à la suite de la victoire du parti Vision Montréal à l’élection municipale de 1994, l’ancien directeur du Jardin botanique prend l’engagement de faire de la métropole la première ville environnementale en Amérique du Nord. Cette volonté de faire de Montréal un grand jardin s’articulera entre autres par la création d’un programme qui permettra de soutenir financièrement les initiatives de groupes citoyens désirant œuvrer à titre d’organisme qui valorisent trois grands volets d’interventions soit la propreté, l’embellissement et le recyclage. La mise en place du programme des Éco-quartiers à l’été 1995 sera la pierre d’assise du projet environnemental implanté par l’administration du maire Bourque.

Dans le district de Sainte-Marie, le processus de formation de l’Éco-quartier sera caractérisé par la création d’un organisme afin d’accueillir le programme ainsi que par une forte mobilisation citoyenne alors que plus de 80 participants étaient présents lors de l’assemblée de fondation le 26 juin 1995. En fait, il est aujourd’hui juste d’affirmer que la pérennité et la force de la SEM et du programme éco-quartier dans Sainte-Marie, sont tributaires de l’engagement constant des résidents et des acteurs du quartier derrière la mise en œuvre des divers projets de l’organisme. C’est avec une grande fierté que la SEM s’évertue à entretenir et à maintenir les liens étroits avec les citoyens du quartier qu’elle a bâtis au cours des 25 dernières années en étant à l’écoute et en œuvrant en collaboration avec ceux-ci.

J-9 Grande de collecte de bouteilles de vin vides dans le cadre de la Semaine Québécoise de Réduction des Déchets 2014

En collaboration avec les valoristes, une coopérative de solidarité, ainsi qu’avec l’entreprise de recyclage 2M ressources, la SEM a lancé sa toute première grande collecte de bouteilles de vin vides qui s’est tenue le samedi 25 octobre 2014. Cet événement qui s’inscrivait dans semaine québécoise de la réduction des déchets (SQRD) a eu lieu sous le pont Jacques-Cartier à l’angle des rues de Lorimier et de Maisonneuve et avait pour objectif de faire le triage et la collecte des bouteilles de verre à des fins de recyclage. Le ramassage était basé sur le modèle de la consigne alors que 10 sous étaient offerts pour chaque bouteille de verre retourné jusqu’à un maximum de 150 bouteilles par personne. Au total, c’est plus de 3000 bouteilles apportées par une cinquantaine de participants qui ont été ramassées dans le but d’être recyclées.

L’événement avait deux objectifs; d’abord, il a permis de sensibiliser la population aux défis reliés au recyclage du verre alors que le triage à la source permet d’obtenir un verre sans contamination et facilement recyclable. Deuxièmement, sous sa dimension sociale, la distribution d’une consigne pour chaque contenant de verre rapporté a eu pour mission d’appuyer et de favoriser le travail des valoristes. Ce terme définit les personnes ayant des difficultés à intégrer le marché du travail conventionnel et qui récoltent les matières consignées. Durant l’été 2014, un lieu de dépôt temporaire situé dans Sainte-Marie a permis à de nombreuses personnes de rapporter des contenants et ainsi favoriser l’inclusion sociale de ces acteurs souvent marginalisés tout en donnant une légitimation à leur activité.

J-10 La Mémoire des aînés au service du quartier Sainte-Marie 2015-16

Afin de favoriser la participation et l’inclusion sociale des aînés, la SEM a lancé le projet La Mémoire des aînés au service du quartier Sainte-Marie qui cherchait à offrir aux aînés du quartier Sainte-Marie la possibilité de partager des témoignages sur l’histoire du quartier. Par ces échanges intergénérationnels, il a été possible de recueillir une vingtaine d’entrevues qui ont permis de retracer l’histoire et l’évolution du quartier Sainte-Marie au cours des décennies 30, 40 et 50. Grâce à la richesse des informations extraient de ses entretiens est né un dépliant-affiche et une bande audio qui ont ainsi permis de préserver la mémoire des résidents (http://www.sem-montreal.org/wp-content/uploads/2015/03/Scan-001-base-r.solution.pdf). Pour couronner cette démarche de mise en valeur du savoir des aînés de Sainte-Marie, un gala a été organisé le 3 mars 2016 auquel près de 150 personnes ont participé.

J-12 Forum citoyen de 2017

Fort du succès lors de ses deux précédents forums citoyens en 2011 et 2013, la SEM a voulu poursuivre sur sa lancée en donnant la possibilité aux citoyens de Sainte-Marie de s’exprimer sur les enjeux environnementaux à l’échelle locale avec de la tenue de son troisième forum citoyen le 25 novembre 2017. Lors de cette journée où 49 citoyens et acteurs du quartier se sont donnés rendez-vous, il est ressorti dix propositions qui ont porté entre autres sur l’aménagement du pôle Frontenac et d’une éventuelle Place du Marché, un plus grand verdissement des rues avec l’implantation de mange-trottoirs ainsi que l’augmentation du nombre de carrés d’arbre. Des propositions sur les questions d’herbe à poux, de budget participatif et d’apaisement de la circulation sur les rues d’Iberville et Frontenac ont également été amenées.

J-13 Restructuration du programme Éco-quartier en 2002

En 2000, à la suite de l’initiative du gouvernement provincial de Lucien Bouchard de réorganiser et de fusionner certaines municipalités du Québec, Montréal devient dès lors une seule municipalité divisée en 27 arrondissements. Ces changements structuraux mèneront ultimement à une restructuration du mode de gestion du programme éco-quartier. Cette période de restructuration pourrait être qualifiée de tumultueuse alors qu’il règnera une certaine incertitude entourant la poursuite du programme des éco-quartiers. Puis, en 2002, s’en suit un mouvement qui aboutira à la «défusion» de 15 municipalités sur l’île de Montréal et conduira par le fait même à une nouvelle restructuration administrative des éco-quartiers. La gestion du programme est depuis cette période entièrement assumée par les arrondissements. Dans le cas de Ville-Marie, la gestion des éco-quartiers qui relevait originellement de la Division des Sports, loisirs et du développement social sera transférée aux Travaux publics avec leur Division Inspection, circulation et occupation du domaine public.

J-14 Le Projet Éco-vélo 1998-2005

Toujours dans une optique de mettre en valeur des actions qui favorisent une réduction des déchets et qui prônent une revalorisation des ressources, la SEM a instauré, lors de ses débuts, le projet Éco-vélo. Ce projet avait pour but d’offrir aux résidents du quartier Sainte-Marie la possibilité d’acquérir des vélos à prix moindre tout en prolongeant la durée de vie utile de ceux-ci. C’est avec la collaboration du SPVM qui redonnait des vélos endommagés ou abandonnés que la SEM a pu offrir de 1998-2005 un programme de collecte et de remise en état de vélos qui a permis la création d’un emploi durant les sept années d’existence du projet Éco-vélo.

J-15 Début du programme d’adoption de carrés d’arbre en 2005

Depuis sa création, la SEM a parmi ses valeurs premières l’amélioration des milieux de vie des résidents du quartier Sainte-Marie ainsi qu’une valorisation de l’action citoyenne comme vecteur de changement. De cette volonté de promouvoir un engagement citoyen dans l’espace public et l’embellissement des rues est apparu pour la première fois en 2005 le programme d’adoption de carrés d’arbre. Le programme consiste à réaliser des aménagements horticoles composés de plantes vivaces dans les carrés d’arbres, à la suite de «l’adoption» du carré par un résident, un groupe citoyen, des membres d’un organisme communautaire ou autres. C’est à la suite de l’initiative de deux résidents du quartier que la SEM, dans le cadre du mandat d’embellissement de l’éco-quartier de Sainte-Marie, a décidé d’en faire un programme afin d’encourager et de soutenir les citoyens dans cette action pour la propreté et l’embellissement du quartier. Lors de la première édition, le programme comptait une quarantaine de carrés d’arbre sur la rue d’Iberville. Puis en 2007 le projet s’est élargi à tout le territoire de Sainte-Marie, puis à celui de Saint-Jacques et Peter McGill à partir de 2012 avec un soutien et un financement de l’arrondissement de Ville-Marie. En 2020 ce projet a toujours cours et ce sont maintenant des vivaces qui viennent embellir les carrés d’arbre en plus des fleurs annuelles.

J-16  Lancement du petit guide Je consomme responsable dans mon quartier en 2009

Cherchant à sensibiliser les citoyens du quartier Sainte-Marie aux vertus d’une consommation responsable et afin d’offrir des stratégies leur permettant de faire des choix qui contribuent à une réduction de leur empreinte écologique, la SEM, dans le cadre des activités de l’éco-quartier de Sainte-Marie, a produit son premier guide pratique intitulé Je consomme responsable dans mon quartier. Visant d’abord à démystifier le concept d’achat écoresponsable, le guide abordait différents thèmes précis, tels que la réduction de la consommation d’énergie et d’eau, le recyclage, les différents modes de transport actif, l’économie solidaire ainsi qu’une alimentation basée sur des produits locaux et saisonniers dans une perspective locale. Ce guide et l’information qu’il contient est aujourd’hui, 11 ans plus tard, en partie désuets mais il existe dorénavant le Petit guide pour réduire et mieux vivre qu’il est possible de consulter ici : http://www.sem-montreal.org/zerodechet/

J-17 La première ruelle verte de Sainte-Marie en 2008

La genèse du projet des ruelles vertes dans Sainte-Marie est née à l’été 2008 avec l’aménagement de ruelle La Rivière. Le nom La Rivière est un hommage à un affluent de la rivière Saint-Martin qui traversait jadis le parc des Faubourgs. Historiquement, l’un des cours d’eau important sur l’Île de Montréal, la rivière Saint-Martin fait aujourd’hui partie d’un patrimoine naturel disparu victime comme une majorité d’autres rivières et ruisseaux de Montréal des travaux de canalisation qui se sont déroulés dans la première moitié du XIXe siècle. Considérée comme un projet de verdissement d’envergure, la ruelle verte La Rivière n’aurait pu prendre forme sans la participation de citoyens mobilisés qui, dès le début, ont participé à l’idéation et à la réalisation du projet. C’est plus de cinquante résidents qui se sont impliqués au cours des diverses étapes mises en œuvre pour faire naître ce projet. Le projet de la ruelle verte La Rivière touche directement environ 125 foyers et a nécessité l’excavation de 3200 pieds carrés d’asphalte afin de faire place à 980 vivaces, 45 plantes grimpantes, 55 arbustes et deux arbres. Il est à noter que la ruelle La Rivière se distingue par sa composition à 90% de végétaux indigènes.

J-18 L’Éco-friperie

Dès ses débuts, la SEM et l’éco-quartier de Sainte-Marie, se sont engagés à réduire la quantité de matières résiduelles produites et à prôner une revalorisation des ressources en instaurant dès 1998 un programme de collecte de vêtements usagés. Le projet Éco-friperie a été créé afin de fournir aux citoyens de Sainte-Marie la possibilité d’acquérir à prix modique des vêtements usagés. Exclusivement mené par l’implication de bénévoles jusqu’en 2009, le projet a participé au développement d’une économie circulaire à l’échelle locale en prolongeant la durée de vie des vêtements tout en nous invitant à repenser nos modes de consommation.

J-19 Le projet Trott’Art

Afin de répondre à une volonté d’embellissement dans des zones où le verdissement est difficile ou presqu’impossible, la SEM a lancé, en 2007, le projet Trott’Art. Ce projet avait pour but d’améliorer l’aspect de certains lieux et par le fait même les rendre plus conviviales grâce à l’art. C’est donc par les œuvres de quatre jeunes artistes bénévoles que les trottoirs de la rue Ontario ont été peints afin de sensibiliser les piétons à la pollution de leur milieu de vie. Ces créations artistiques originales ont été reproduites chacune six fois, du mois d’août à septembre 2007. Rétrospectivement, le projet Trott’Art s’inscrit comme un événement fondateur dans une mouvance d’appropriation de l’espace public par l’art urbain qui s’affirmera par l’entremise de divers projets lors des années subséquentes.

J-20 Mise en fonction de la vaissellothèque

Dans une optique de réduction du volume de déchets domestiques qui aboutissent dans les sites d’enfouissements, la SEM, dans le cadre des activités de l’éco-quartier de Sainte-Marie, propose depuis 2016 un service de prêt de vaisselle réutilisable. Ce service s’adresse autant aux organismes, aux entreprises et aux particuliers qui souhaitent organiser des «évènements zéro-déchets». Le programme de prêt de vaisselle cherche à promouvoir un système d’échange de ressources afin d’en optimiser l’utilisation. Soulignons que le programme a été rendu possible grâce à la fondation TD et au don de vaisselle offert par l’entreprise Ergogrip.

J-21 Forum citoyen de 2013

S’efforçant à promouvoir la mobilisation citoyenne, la SEM a récidivé en 2013 avec la tenue d’un second forum citoyen qui a eu lieu le 26 octobre 2013 dans l’édifice Grover. Conservant une formule par atelier participatif, la thématique choisie lors de ce second forum fut le maillage des espaces verts et bleus pour la création d’une trame verte pour Sainte-Marie. De ces débats citoyens ont émergé 8 propositions qui ont été, par la suite, soumises à un vote afin de retenir les plus pertinentes. De celles-ci est ressortie une volonté d’accroître et diversifier les espaces verts s’articulant entre autres par une mise en valeur du parc du Pied-du-courant et la poursuite de la coordination par la SEM du comité Les AmiEs du courant Sainte-Marie jusqu’en 2016.

J-22 Programme de subvention de couches lavables

À la suite de demandes citoyennes adressées à la SEM et à l’arrondissement de Ville-Marie, c’est en 2013 qu’a été implanté le programme de subvention de couches lavables pour les familles de l’arrondissement de Ville-Marie. La SEM a travaillé avec le service de développement social de l’arrondissement afin d’élaborer les paramètres de ce programme encourageant l’utilisation de couches lavables, qui vise à réduire la quantité de déchets domestiques enfouis tout en préservant nos ressources naturelles. Gérer par la SEM, en collaboration avec les éco-quartiers de Peter Mcgill et de St-Jacques, ce programme a aidé depuis sa création près de 300 familles de l’arrondissement qui ont pu économiser plus de 2 000 $ par année tout en préservant l’environnement.

J-23 Ouverture du premier site de compostage en 2006

C’est à l’été 2006 que la SEM a inauguré son tout premier site de compostage communautaire lançant par le fait même le début d’un programme de valorisation des résidus alimentaires. C’est donc 18 familles qui, au cours de la première année, ont participé au compostage de leurs matières organiques au parc Médéric Martin. Grâce à l’adhésion constante de citoyens engagés, le programme de compostage communautaire n’a cessé de croître lors des années subséquentes.  À son apogée, en 2013, le programme de compostage communautaire avait sous sa charge 13 composteurs répartis sur 11 sites différents couvrant l’ensemble du territoire de Sainte-Marie. Notons que durant cette même année, ce sont 8,7 tonnes de matières organiques qui ont été compostées grâce aux efforts de plus de 550 citoyens.

J-24 Forum citoyen de 2011

Afin de favoriser les échanges et les débats sur les enjeux environnementaux ainsi que sur les préoccupations qui touchent les résidents du quartier Sainte-Marie, la SEM a créé en 2011 son premier forum citoyen cherchant ainsi à donner un espace, une tribune par laquelle peuvent s’exprimer les citoyens du quartier. Organisé sous le thème du pouvoir de l’action citoyenne, le forum était divisé en trois ateliers abordant le concept d’empreinte écologique, les questions d’apaisement de la circulation automobile et finalement de l’appropriation des espaces vacants. À la suite de cette journée est née un comité citoyen sur l’apaisement et la réduction de la circulation. De plus, un regroupement de citoyens interpellés par une volonté d’un plus grand accès au fleuve Saint-Laurent est né. Soutenu par des organismes et coordonné par la SEM, c’était la naissance du comité des citoyens et citoyennes du parc Bellerive, devenu plus tard Les AmiEs du courant Sainte-Marie.

J-25 Tricoter son tissu social

Pensé et réalisé comme un projet unique en 2018, Tricoter son tissu social a été initié afin de favoriser des rapprochements et des rencontres intergénérationnelles auprès des résidents du quartier Sainte-Marie. S’inscrivant maintenant dans le Mouvement Courtepointe, le projet a d’abord pour objectif une volonté d’appropriation de l’espace public ainsi qu’une transmission par les paires et une valorisation du savoir-faire des citoyennes et citoyens du quartier. Le projet Tricoter son tissu social est de retour en 2020 pour une troisième année consécutive.